C’est ici qu’on est champêtre, certes, mais surtout Bruxellois, et même, peu s’en faudrait qu’on devienne volle gas brusseleir . C’est le coin des manneke, des bompas et des bomas, des peyes et des meyes. C’est ici qu’on pourra manger des caricoles, des speks ou des bloedpens en buvant une lambic ou une gueuze (en veillant, bien sûr, à ne pas finir fin zat).

Fêter les dix ans de Bruxelles Champêtre sur le thème de l’alimentation durable sans inviter ce qui fait le quotidien des bruxellois en matière d’alimentation, de boissons, aurait été absurde ! La gastronomie bruxelloise, qu’elle soit millénaire et traditionnelle, qu’elle soit novatrice et veuille réinventer ces traditions dans la forme et dans l’idée, est ce qu’on appelle « durable » puisqu’elle dure depuis déjà bien des siècles et qu’elle continuera à vivre dans les siècles à venir, pour le plus grand plaisir de nos papilles et de celles de nos hôtes venus d’Europe ou du monde entier, l’espace d’un week-end, d’un stage ou de quelques années.

Cet endroit où l’on rassemblera le plus fin et le plus subtil de ce qu’il y a de traditionnel et de novateur dans la gastronomie Bruxelloise. A qui veut découvrir l’ambiance kaberdouch du vieux Bruxelles, où simplement venir babeler un peu devant le meilleur en bouche et en saveur de notre capitale bruxelloise, belge et européenne. Des plus anciens aux plus récents, ils seront tous là, ceux qui nous régalent, jour après jour, de ces fumets les plus délicieux, de la bière au spéculoos, en passant par un ballotin de pralines ou un cornet de frites. Mais il y aura aussi ces nouveaux venus, qui réinventent jour après jour la réalité et l’univers culinaire de cette ville-région si cosmopolite, si pleine, si particulière qui est la nôtre et que chacun revendique pour soi et pour le monde.

Qu’on veuille découvrir ces charmes qui font aussi l’identité plurielle de Bruxelles, ou qu’on les connaisse et qu’on ne puisse déjà plus s’en passer, sous ce chapiteau c’est la ville dans sa grande complexité qui nous accueillera : grouillante, mélangée, polyglotte, unique, extraordinaire, attirante, populaire, distinguée… Et comme notre ville à l’urbanisme si particulier, c’est un espace qui apparaît comme il est : complexe, mais jamais incohérent (ou alors si peu), varié mais toujours mélangé, en un mot… Bruseleir !

Bref, vous l’avez compris, qu’on soit Bruxellois depuis toujours, depuis quelques années, quelques mois, quelques jours ou simplement pour quelques heures, il faut visiter Bruxelles, il faut visiter l’espace Bruxellois.

Allez, salut en de kost, hein ! et à bientôt !